Oh My Brain

Le jeu de la semaine : OH MY BRAIN

  • Difficulté :     facile
  • Type :             ambiance
  • Mécanique : cartes, défausse, gestion de main
  • Age :               8+
  • Joueurs :       2 à 5
  • Durée :           20 min

Vous vous installez au bord d’un petit feu de camp dans les bois, commencez à griller des guimauves, une belle soirée en perspective… Mais soudain, des hordes d’animaux zombies sortent des buissons, non pas pour voler vos guimauves, mais pour découper votre cerveau en cubes à rôtir sur le feu… « Oh My Brain » est un simple jeu de défausse où vous devez vous débarrasser des Zombanimaux.

Rien qu’à la boite et au design, « Oh My Brain » fait déjà envie. Les illustrations des Zombanimaux, malgré le fait qu’ils cherchent à nous picorer le cerveau, sont magnifiques et très drôles. Le jeu nous a ensuite agréablement surpris grâce à des petites subtilités qui le rendent original.

Le but du jeu est de conserver ses morceaux de cerveau le plus longtemps possible. La partie prend fin lorsqu’un joueur n’a plus de cerveaux. À son tour de jeu, on peut jouer une ou plusieurs cartes de sa main, supérieure à la carte jouée précédemment. Si on ne veut pas ou on ne peut pas jouer, on perd un cerveau. Dès qu’un joueur n’a plus de cartes en main, la manche est terminée et tous les joueurs qui ont encore des Zombanimaux en main perdent un cerveau par carte. Jusqu’ici, tout est simple…

Première subtilité dans « Oh My Brain », il faut gérer une seconde main de cartes posée sur un râtelier devant soi. Dès qu’on a moins de 3 cartes en main, on pioche sur son râtelier jusqu’à avoir à nouveau 3 cartes en main. Il faut donc réussir à bien gérer ses deux mains de cartes pour ne pas se retrouver coincé et perdre trop de cerveaux.

Deuxième subtilité, nous pouvons jouer plusieurs cartes de la même valeur simultanément. Dans ce cas, on pose une carte sur la pile et toutes les autres sont déposées sur les râteliers des joueurs de votre choix pour essayer de les pénaliser.

Finalement, il y a encore un dé, que l’on peut lancer selon les cartes jouées ainsi que quelques zombanimaux spéciaux qui permettent d’ajouter des retournements de situation et rendent le jeu plus fun et drôle.

« Oh My Brain » est un très bon jeu d’ambiance avec de la gestion de main, des règles simples, des retournements de situation, un brin de vengeance et de sales coups. Il est donc idéal à jouer en famille ou entre amis.

Sobek

Le jeu de la semaine : SOBEK

  • Difficulté :     medium
  • Type :             jeux à 2
  • Mécanique : collection, gestion de main, gestion du plateau, corruption
  • Age :               10+
  • Joueurs :       2
  • Durée :           30 min

Sobek mélange plusieurs mécaniques bien huilées que l’on retrouve dans certains jeux des deux auteurs Sébastien Pauchon et Bruno Cathala.

A son tour de jeu, 3 actions sont possibles :

  • – Récupérer une tuile marchandise ou personnage sur le plateau selon l’orientation du pion Ankh (mécanique présente dans « Le trône de fer – la main du roi »)
  • – Vendre un lot de marchandises en obtenant des bonus en vendant en premier (mécanique présente dans « Jaipur »)
  • – Jouer et activer le pouvoir d’un personnage en main (mécanique présente dans « Five Tribes »)

Ce n’est pas tout, il y a encore 2 subtilités très originales qui vont nous forcer à faire des choix.

  • – Le pion Ankh : lorsque vous récupérez une tuile sur le plateau, il faut mettre le pion Ankh à la place de la tuile dans l’orientation que celle-ci indique. Son orientation va définir les tuiles disponibles pour votre adversaire. Il faut donc faire attention à ne pas lui laisser trop de bons choix.
  • – La corruption : vous pouvez choisir une tuile marchandise sur toute la ligne de l’orientation du pion Ankh. Toutes les tuiles entre le pion Ankh et la tuile que vous sélectionnez augmentent votre corruption. À la fin de la partie le joueur avec le moins de corruptions marquera des points supplémentaires. Utiliser la corruption peut s’avérer très rentable mais attention à ne pas trop en abuser…

Dès qu’il n’est plus possible de réapprovisionner le marché, la partie prend fin et on décompte les points en prenant en considération les trois éléments suivants :

  • – Pour chaque lot de marchandises, on multiplie le nombre de tuiles avec le nombre de scarabées (mécanique présente dans « Kingdomino » avec les couronnes)
  • – Les points de corruption
  • – Les jetons Deben gagnés durant la partie

Peu d’actions possibles, des choix importants sans devenir un casse-tête. Des parties fluides, tendues et courtes (< 30 min). Un nouveau coup de cœur dans les jeux à 2 !

Magic Maze

Le jeu de la semaine : MAGIC MAZE

  • Difficulté :     facile
  • Type :             coopératif
  • Mécanique : exploration, rapidité, stress, règles évolutives et le tout sans parler…
  • Age :               8+
  • Joueurs :       1 à 8
  • Durée :           15min

Attention ! Jeu interdit aux personnes sensibles au stress…

Un magicien, un barbare, un nain et un elfe ont égaré leurs armes et ont décidé d’aller en voler de nouvelles dans un supermarché. Votre mission est de guider ces supers (z)héros dans le supermarché.

Chaque joueur peut contrôler n’importe quel personnage, mais seulement avec l’action qui lui est donnée (déplacement à gauche, à droite, en haut, en bas ou alors utiliser les escalators, explorer, utiliser les vortex). Le but est d’amener chaque personnage à son arme. Dans la seconde phase du jeu, il faut, cette fois, aider les 4 personnages à sortir du supermarché.

Rien de bien méchant jusque-là… Sauf que vous jouez tous en même temps, vous n’avez pas le droit de parler et le temps est limité. C’est là que le jeu se complique et prend tout son sens. Il faut contrôler l’avancement de chaque héros, le sablier et comprendre l’intention des autres joueurs. Autant dire qu’on perd vite le fil et les regards insistants des autres joueurs n’aident pas. Les parties sont courtes, dynamiques, stressantes, mais très drôles. Impossible de s’endormir avec Magic Maze. Son originalité lui a d’ailleurs valu de nombreuses récompenses…

Petit plus, le jeu est évolutif. Les premiers scénarios ont peu de règles et permettent d’apprendre à jouer. Ensuite, plus les parties avancent, plus on ajoute de nouvelles règles qui compliquent tout, un vrai challenge. 

Velonimo

Le jeu de la semaine : VELONIMO

  • Difficulté :     facile
  • Type :             ambiance
  • Mécanique : cartes, défausse, combinaisons
  • Age :               7+
  • Joueurs :       2 à 5
  • Durée :           30 à 45min

Velonimo est un jeu de défausse qui vous plonge dans une course de vélo animalière dont le but est de se débarrasser de toutes ses cartes. Les cartes peuvent avoir des valeurs comprises entre 1 et 7 qui se répartissent en 7 couleurs et il existe également 6 cartes baroudeurs de valeur comprise entre 30 et 50

Au cours d’une partie, le premier joueur lance une attaque en jouant une ou plusieurs cartes de même valeur ou de même couleur. Le joueur suivant peut alors contre-attaquer avec une combinaison de cartes de valeur supérieure et ainsi de suite jusqu’à ce que plus personne ne puisse ou ne veuille contre-attaquer. Le joueur ayant lancé la dernière contre-attaque remporte le pli et a l’avantage de lancer une nouvelle attaque. 

L’important c’est les valeurs (comme dirait Perceval) ! Lorsque l’on joue une seule carte, la valeur correspond à son chiffre. En jouant plusieurs cartes à la fois, la valeur de la combinaison = 10 x le nombre de cartes + le chiffre de la plus petite carte (exemple : la combinaison 2, 5 et 7 bleu = 10 x 3 + 2 = 32)

Le jeu se joue en 5 étapes. Dès qu’il ne reste plus qu’un seul joueur avec des cartes en main, l’étape se termine. Le joueur qui a défaussé toutes ses cartes en premier marquera plus de points que les autres et remporte le maillot « Petit-pois carottes » qui lui donnera un avantage pour l’étape suivante. Plus on avance dans les manches, plus il y a de points à gagner.

Les règles sont simples, expliquées en 2 min, mais Velonimo est bien plus subtil qu’il n’y paraît car il faut savoir jouer ses combinaisons au bon moment. 

Codex Naturalis

Le jeu de la semaine : CODEX NATURALIS

  • Difficulté :     medium
  • Type :             stratégie
  • Mécanique : placement de cartes, ressources, objectifs, combinaisons
  • Age :               8+
  • Joueurs :       2 à 4
  • Durée :           30 min

Codex Naturalis est un jeu parfait pour l’été. Son petit format permet de l’emporter facilement dans un sac pour y jouer sur une terrasse. Que l’on soit 2, 3 ou 4 joueurs, toutes les configurations fonctionnent bien.

A tour de rôle, les joueurs ont le choix entre deux actions : jouer une carte pour augmenter leurs ressources (champignons, papillons, feuilles, loups) et objets (parchemins, plumes, encriers) ou jouer une carte “dorure” pour marquer des points. Pour pouvoir poser une carte “dorure”, il faut que les ressources indiquées sur cette dorure soient visibles dans son aire de jeu. La carte doit alors être placée sur un ou plusieurs coins des cartes déjà présentes dans son aire de jeu, ce qui cachera des ressources, mais en dévoilera aussi d’autres.

Il s’agit d’une course. Le premier joueur qui arrive à 20 points déclenche la fin de partie. Toute la subtilité du jeu réside donc dans le placement des cartes afin d’optimiser au maximum les ressources et les points.

Codex Naturalis est un petit jeu avec des règles simples, des parties courtes, mais une stratégie intéressante et accrocheuse. De plus, le magnifique design des cartes nous plonge dans la peau d’un biologiste réalisant une collection pour un musée d’histoire naturelle.

Azul

Le jeu de la semaine : AZUL

  • Difficulté :     medium
  • Type :             stratégie
  • Mécanique : pose de tuile, combinaison, placement
  • Age :               8+
  • Joueurs :       2 à 4
  • Durée :           30 à 60 min

Azul est le jeu de stratégie familiale par excellence : des règles simples, un graphisme et du matériel magnifiques, des parties fluides avec peu d’attente entre les joueurs, peu d’actions, mais une bonne réflexion. Azul a toutes les caractéristiques pour plaire à un large public. 

Les joueurs disposent d’un plateau de jeu comprenant une fresque à compléter. Pour compléter leur motif, ils vont, à tour de rôle, récupérer toutes les mosaïques d’une couleur sur un des cercles fabriques (disque) placé au centre de la table. Ensuite, il vont les déposer sur une des lignes de préparation de leur plateau de jeu. Lorsque toutes les mosaïques ont été prises, la fin d’une manche est déclenchée. C’est à ce moment que l’on peut compléter sa fresque avec les lignes de préparation complètes et marquer des points. La fin de partie arrive, elle, lorsqu’un joueur réussit à remplir une ligne de sa fresque. 

Un jeu simple et épuré qui propose des vrais choix tactiques et stratégiques. Azul fonctionne aussi bien à 2, 3 ou 4 joueurs, pour des parties de seulement 30 minutes à 2 joueurs et jusqu’à maximum 1 heure à 4 joueurs.

Azul a gagné l’As d’Or et le Spiel des Jahres en 2018 et c’est amplement mérité.

Gelerapagos

Le jeu de la semaine : GALERAPAGOS

  • Difficulté :     facile
  • Type :             coopératif
  • Mécanique : semi-coopératif, bluff, diplomatie, survie, vote
  • Age :               8+
  • Joueurs :       3 à 12
  • Durée :           45min

Vous vous êtes échoués sur une île déserte avec d’autres personnes… Votre but est de construire des radeaux afin de quitter l’île rapidement. Vous devrez aussi récolter de l’eau et de la nourriture pour survivre pendant la construction. La tempête se rapproche et il faudra quitter l’île avant qu’elle ne détruise tout…

Dans Galerapagos, il faut se coordonner et coopérer afin de récolter assez de vivres et construire suffisamment de radeaux. A un certain moment, il n’y aura malheureusement plus assez d’eau ou de nourriture ou pas suffisamment de radeaux pour tout le monde… C’est à ce moment que le jeu débute vraiment car il faut voter pour la ou les personnes qui mourront de faim ou de soif ou qui ne pourront pas quitter l’île. Lors d’un vote, les joueurs désignent simultanément le survivant qu’ils décident d’éliminer et qui doit donc quitter la partie. Attention, car ce n’est pas nécessairement la fin pour ce joueur qui peut encore sortir un vieux sandwich ou une bouteille d’eau de sa poche pour rester dans la partie et se venger de ceux qui ont voté contre lui. Un autre survivant peut également lui venir en aide en lui donnant ou en échangeant la ressource manquante. Pendant la partie, il est également possible d’utiliser un pistolet et une cartouche pour liquider un autre survivant…

Tous les coups sont permis dans Galerapagos. Bluff, chantage, traîtrise, alliance, … C’est le Jeu d’enfoirés par excellence ! Les amitiés risquent d’être brisées.

Galerapagos simule très bien la survie sur une île déserte. La collaboration est primordiale pour rester en vie, mais finalement on ne peut faire confiance qu’à soi-même…

Le jeu devient intéressant à partir de 5 ou 6 joueurs. À moins de 5, les parties se jouent plus en coopération et avec moins de sales coups.

TTMC

Le jeu de la semaine : TTMC

  • Difficulté :     facile
  • Type :             ambiance
  • Mécanique : quiz culture générale, humour
  • Age :               14+
  • Joueurs :       2 à 10
  • Durée :           60 à 90min

Oubliez les ennuyeuses parties de Trivial Pursuit ! Fini le sentiment d’être un inculte car on ne répond qu’à 1 question sur 10.

TTMC révolutionne le quiz de culture générale en lui apportant un côté très drôle. Dans TTMC (Tu Te Mets Combien) les joueurs doivent auto-évaluer leurs connaissances de 1 à 10 sur un thème donné. Il y a plus de 540 cartes divisées en 4 catégories (scolaire, mature, loisirs et improbable). Chaque carte comprend 10 questions. La question 1 est basée sur l’humour et tout le monde peut y répondre. Par contre, la question 10 est diaboliquement difficile.

L’équipe adverse vous pose une question. Par exemple, Tu te mets combien en cure-dent (oui la question existe vraiment!) et vous devez choisir de la question 1 à la question 10. Si vous répondez correctement à la question, vous avancez du nombre de cases correspondant à la difficulté de la question (question 3 = 3 cases). Dans le cas contraire, vous restez sur place et devrez tenter à nouveau votre chance au prochain tour.

Ce principe d’auto-évaluation équilibre un peu les niveaux de culture générale. Les plus cultivés auront tendance à prendre plus de risques et à répondre faux, alors que les plus modestes répondront plus souvent correctement à des questions moins difficiles.

TTMC a également l’avantage d’être porté sur l’humour avec des questions improbables et des thèmes très originaux, ce qui rend les parties très décontractées et hilarantes.

Kosmopolit

Le jeu de la semaine : KOSMOPOLIT

  • Difficulté :     facile
  • Type :             coopératif
  • Mécanique : communication, langue, observation, rapidité
  • Age :               10+
  • Joueurs :       4 à 8
  • Durée :           6min

Kosmopolit est un jeu d’ambiance qui associe communication, observation et rapidité. Avec des parties de 6 minutes, le jeu est très dynamique. Il est également évolutif et permet de débloquer de nouveaux niveaux au fur et à mesure que l’on progresse.

Vous gérez un restaurant, le « Kosmopolit », où des clients provenant du monde entier viennent commander des plats typiques de leur pays dans leur propre langue. Votre équipe est constituée d’un serveur, d’un maitre d’hôtel et de 2 à 6 cuistots. Le serveur, muni d’un casque audio et d’une application, va prendre les commandes, puis les répéter à haute voix au maitre d’hôtel. Le maitre d’hôtel inscrit le numéro de table ainsi que la commande sur un carnet et transmet ces informations aux cuistots. Les cuistots doivent retrouver le nom du plat ainsi que l’ingrédient auquel il correspond. Les plats et les ingrédients retournent ensuite chez le maitre d’hôtel qui les associera au bon numéro de table. Le serveur devra finalement servir les plats aux clients.

Le but est de réussir à servir un certain nombre de tables en moins de 6 minutes.

Kosmopolit est plus qu’un jeu. C’est une expérience linguistique et culturelle. Il aura fallu une année de travail à une équipe de linguistes pour dénicher des clients de tous les continents aux langues locales et parfois même en voie d’extinction.

Kosmopolit est très original et ne ressemble à aucun autre jeu. Entrer dans la peau du serveur pour tenter de prononcer des langues inconnues est hilarant et c’est encore plus drôle d’entendre le maître d’hôtel essayer de répéter ce qu’il a entendu. Ce jeu est idéal pour des soirées entre amis ou en famille.

Five Tribes

Le jeu de la semaine : FIVE TRIBES

  • Difficulté :     expert
  • Type :             stratégie
  • Mécanique : déplacement d’ouvrier, enchère, collection, pouvoir, cartes, plateau modulable
  • Age :               13+
  • Joueurs :       2 à 4
  • Durée :           60 à 90 min

Devenez le nouveau sultan de Naqala dans le pays des 1001 nuits en ralliant les 5 tribus à votre cause.

Five Tribes a directement été un coup de cœur lorsque que nous l’avons découvert. Quelques années plus tard, avec des dizaines et des dizaines de parties au compteur, le jeu nous passionne toujours autant. Son plateau modulable offre une grande rejouabililté. Chaque partie est différente, on ne s’en lasse jamais.

Sa mécanique de déplacement de meeples pour gagner des tuiles et faire des actions est très originale. Elle est couplée à une phase d’enchères permettant de définir l’ordre du tour, une collection de cartes marchandises, des cartes Djinns (génies des légendes musulmanes) octroyant des pouvoirs, ce qui donne une excellente profondeur de jeu. Toutes ces mécaniques sont subtilement dosées et font de Five Tribes un jeu très plaisant.

La partie se termine lorsqu’un joueur a posé tous ses chameaux sur les tuiles ou qu’il n’y a plus de déplacements de meeples possible. Il faut ensuite comptabiliser son argent, les points des tuiles, les points de la collection de cartes marchandises, les points des djinns ainsi que les points de majorité obtenus grâce aux meeples jaunes (« les Vizirs ») récupérés. Beaucoup de moyens permettent donc d’améliorer son score, à vous de faire mieux que vos adversaires. Comme chaque partie est différente, il n’existe pas une unique stratégie gagnante.

Le seul petit bémol du jeu est le temps de réflexion entre les joueurs. Si vous jouez avec quelqu’un qui analyse chaque possibilité, les tours de jeux peuvent devenir longs. Petite astuce pour éviter ce phénomène de « analysis- paralysis » : utiliser un sablier pour limiter le temps de réflexion. Ça rendra la partie beaucoup plus fluide et plaisante. Un bon joueur n’est pas celui qui trouve la meilleure action en analysant toutes les possibilités, mais celui qui trouve les bons coups rapidement…

Il se joue aussi bien (voire même mieux) à deux joueurs. Five Tribes fait partie des jeux auxquels il faut avoir joué une fois dans sa vie !